Notre approche :

Un enregistrement EEG et une stimulation tACS en boucle fermée

schema-v2-2.png

Nous proposons d’intercaler nos algorithmes entre la mesure de l’activité EEG du sujet et la stimulation électrique envoyée au tissu cortical (voir Figure).

 

Ces algorithmes permettent d’une part, d’extraire les neuromarqueurs de la dénomination à partir de l’EEG et d’autre part de calculer les paramètres de la stimulation à partir d’un modèle mathématique protégé (vitesse, direction, amplitude, fréquence).

 

Chaque stimulation réalisée en boucle fermée est envoyée par voie transcrânienne dans la zone périlésionnelle par les électrodes les plus proches des épicentres cruciaux concernés.

Quels travaux en cours et quels besoins ?

Mise en place d’une première étude

Nous avons montré que les ondes circulantes produisent des motifs dynamiques prédits par notre modèle. Parmi ces motifs nous séparons ceux qui sont spécifiques au langage.  Nous avons travaillé en ECoG et EEG sur la syllabisation et sur la dénomination.

Le matériel nécessaire pour l’intervention est disponible depuis peu sur le marché et dispose d’un agrément pour la recherche. Notre innovation est donc du « software » enchâssé dans du « hardware ». En fonction des besoins spécifiques du sujet ce « software » délivre une stimulation modulée dans l’espace et dans le temps.

 

Nous souhaitons mettre en place une première étude sur quelques patients aphasiques et recherchons une collaboration avec  une équipe clinique spécialisée en AVC et en aphasie post-AVC pour porter et lancer cette étude qui sera financée par CorStim.

- Etude pilote -

Nous avons commencé à récolter des données EEG sur des sujets contrôles.

Notre Attaché de Recherche Clinique est à présent prêt pour enregistrer l'activité cérébrale de personnes aphasiques pendant une exercice de dénomination

IMG_7689.jpeg
IMG_7805.jpeg

Que développons-nous ?

Une solution pour améliorer la connectivité dans les réseaux cérébraux

CorStim développe une approche pour « réparer » les réseaux cérébraux endommagés à la suite d’un AVC (accident vasculaire cérébral).

 

Nous modélisons la communication entre des régions éloignées du cerveau qui, bien qu’assurée par les faisceaux de substance blanche, est également synchronisée par les ondes qui se propagent à la surface du cortex. Ces ondes dites « circulantes », sont connues sur le plan expérimental depuis les années 30 et sur le plan théorique depuis les années 70.